Les Bucephalandra font partie de la famille des Araceae

Les Bucephalandra font partie de la famille Araceae qui est une famille de plantes à fleurs monocotylédones dont les fleurs sont portées sur un type d’inflorescence appelé spadice. Le spadice est généralement accompagné d’une spathe ou d’une bractée en forme de feuille, et parfois partiellement enfermé dans celle-ci. Les membres de la famille des arums sont souvent appelés familièrement aroïdes. Cette famille de 114 genres et environ 3750 espèces connues est la plus diversifiée dans les tropiques du Nouveau Monde, bien qu’elle soit également répartie dans les tropiques de l’Ancien Monde et les régions tempérées du Nord.

Les Bucephalandra forment des rhizomes

Les bucephalandra comme les autres espèces des Araceae sont souvent décrites comme étant des plantes épiphytes à rhizome ou tubéreuses et contiennent souvent des cristaux d’oxalate de calcium ou des raphides. Les feuilles des Araceae peuvent varier considérablement d’une espèce à l’autre. L’inflorescence est composée d’un spadice, qui est presque toujours entouré d’une feuille modifiée appelée spathe.

Chez les aroïdes monoïques (qui possèdent des fleurs mâles et femelles séparées, mais dont les deux fleurs sont présentes sur une même plante), le spadice est généralement organisé avec les fleurs femelles vers le bas et les fleurs mâles vers le haut. Chez les aroïdes à fleurs parfaites, le stigmate n’est plus réceptif lorsque le pollen est libéré, ce qui empêche l’autofécondation. Certaines espèces sont dioïques.

les bucephalandra utilisent la thermogenèse pour attirer les pollinisateur

De nombreuses plantes de cette famille comme les bucephalandra sont thermogènes: elle produise de la chaleur. Leurs fleurs peuvent atteindre jusqu’à 45 °C même lorsque la température de l’air ambiant est beaucoup plus basse. Une des raisons de cette température exceptionnellement élevée est d’attirer les insectes (généralement des coléoptères) pour polliniser la plante, récompensant les coléoptères par de l’énergie thermique. Une autre raison est de prévenir les dommages aux tissus dans les régions froides. Certaines espèces de bucephalandra dégagent une odeur très piquante afin d’attirer les pollinisateur et donc permettre leur reproduction. La chaleur produite par la plante contribue à transmettre l’odeur plus loin.

A Consulter : liste des espèces de bucephalandra